Un nouveau directeur pour l’IRA de Bastia

Partager cet article :
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

C’est pour moi un privilège et un bonheur de faire ma rentrée des classes à l’IRA de Bastia en même temps que la 39ème promotion que nous accueillons ce 2 septembre.
L’équipe pédagogique et administrative de l’institut, sous la direction de mon prédécesseur, Yvon ALAIN, est à l’œuvre depuis deux ans, en lien avec la direction générale de l’administration et de la fonction publique, notre tutelle, et bien sûr avec nos collègues des quatre autres instituts de Lyon, Nantes, Metz et Lille , pour être au rendez-vous de la grande réforme des IRA dont l’an I s’ouvre aujourd’hui.
Les équipes sont prêtes et impatientes de passer à l’action après avoir consacré tant d’heures à la réflexion et à la définition de ce nouveau parcours de formation des cadres A de la fonction publique d’Etat.
L’enjeu est fort car la réussite de la transformation de la fonction publique à l’œuvre dans notre pays passera aussi et peut-être avant tout par la réussite de cette réforme de la formation.
Le concept de « compétences » est probablement l’un des plus couramment utilisés dans la boite à outils standard de la gestion des ressources humaines. Mais si tout le monde parle de « compétence », combien jusque-là en parlaient en connaissance de cause ? Combien de directeurs des ressources humaines, sous couvert de compétences, ont en réalité en tête quelque chose qui relève davantage de la performance ou de la connaissance, qui sont pourtant tout autre chose ?
L’ambition de cette grande réforme est d’apprendre à nos élèves, quelle que soit leur origine -externe, interne, 3è concours – à développer des capacités à agir en situation dans plusieurs grands domaines de compétences qui constituent le cœur de métier de l’administration. Avant de partir en pré-affectation dans un service au terme des 6 mois passés à l’IRA de Bastia, nos élèves auront suivi un parcours de formation individualisé qui comprend trois grandes étapes – tronc commun, approfondissement, contextualisation. Chacune et chacun bénéficiera d’un accompagnement sur mesure par un référent qui le suivra tout au long de sa scolarité.
Notre objectif est de leur permettre de se sentir prêts, à la fin de la seconde période probatoire, à affronter avec succès les défis qui les attendent dans la « vraie vie », celle de leur première affectation, qui sera le début d’une carrière qui durera quelques décennies. Les outils mis en place au niveau de la formation initiale ont bien sur vocation à irriguer la formation continue avec laquelle la fertilisation croisée est d’ores et déjà très forte.
Dans un an, notre plus grande fierté sera de voir nos élèves devenir nos collègues et incarner la relève des cadres dont notre pays a besoin pour conduire ses réformes au plus près du terrain.
Mais d’ici là, que ces six mois en Corse soient aussi l’occasion pour nos élèves attachés de découvrir ou d’approfondir la connaissance d’une région parmi les plus attachantes, d’aller au-devant de ses habitants pour des expériences humaines fortes qui resteront gravées dans leur mémoire et qui seront autant d’enrichissements de leur parcours de formation. « Là où il y a une volonté, il y a un chemin », disait LAO TSEU. C’est vrai pour l’administration et c’est vrai aussi pour la Corse où il y a beaucoup de chemins…

Gérard CLERISSI

Pour ne rien manquer

S'inscrire à la newsletter

À lire aussi :